Dialectique du monstre par Sylvain Piron

Dialectique du monstre

Titre de livre: Dialectique du monstre

Éditeur: ZONES SENSIBLES

ISBN: 2930601183

Auteur: Sylvain Piron


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Dialectique du monstre.pdf - 24,434 KB/Sec

Mirror [#1]: Dialectique du monstre.pdf - 31,449 KB/Sec

Mirror [#2]: Dialectique du monstre.pdf - 26,659 KB/Sec

Sylvain Piron avec Dialectique du monstre

Le regard que nous portons sur les oeuvres du passé est par définition anachronique. Leur présence manifeste la persistance d'époques révolues au sein de notre monde. Elles appartiennent à un autre temps que le nôtre. Il n'est pas toujours aisé de les aborder. De même que l'oeil doit relâcher et contracter des muscles pour passer d'une vision proche à une vision lointaine, un effort d'accommodation est requis pour surmonter cette distance temporelle. D'un simple point de vue matériel, nous ne voyons plus ces oeuvres telles qu'elles ont été produites. Leurs conditions d'exposition ou de reproduction les placent dans une autre lumière, leur donnent d'autres couleurs. Elles ont le plus souvent été sorties de leur agencement originel. Comme le souligne Daniel Arasse, cette situation procure toutefois certains bénéfices ; elle autorise notamment une vision rapprochée qui nous permet d'entrer dans l'intimité du travail de l'artiste. Mais un autre type d'écart est plus radical encore. Ces images ou ces objets témoignent d'univers culturels dont nous n'avons pas la compréhension spontanée. Spectateurs contemporains, nous sommes coupés du sens que produisait leur spectacle dans leur situation d'origine. La visibilité n'est pas une simple propriété naturelle. L'oeil ne voit que ce qu'il a appris à voir. De même que nos représentations emploient de multiples codes et postulats, les productions du Moyen Age ou de la Renaissance obéissaient à des conventions liées aux habitudes visuelles, aux façons de percevoir l'espace et de penser les rapports du visible et de l'invisible. L'une des principales fonctions de l'histoire de l'art est d'apprendre à franchir cet écart, à traverser le temps pour nous aider à capter ce que ces images voulaient et veulent encore nous dire. Les dessins d'Opicino de Canistris sont propices à des anachronismes violents. Ces dernières décennies, ses oeuvre

Livres connexes

Le regard que nous portons sur les oeuvres du passé est par définition anachronique. Leur présence manifeste la persistance d'époques révolues au sein de notre monde. Elles appartiennent à un autre temps que le nôtre. Il n'est pas toujours aisé de les aborder. De même que l'oeil doit relâcher et contracter des muscles pour passer d'une vision proche à une vision lointaine, un effort d'accommodation est requis pour surmonter cette distance temporelle. D'un simple point de vue matériel, nous ne voyons plus ces oeuvres telles qu'elles ont été produites. Leurs conditions d'exposition ou de reproduction les placent dans une autre lumière, leur donnent d'autres couleurs. Elles ont le plus souvent été sorties de leur agencement originel. Comme le souligne Daniel Arasse, cette situation procure toutefois certains bénéfices ; elle autorise notamment une vision rapprochée qui nous permet d'entrer dans l'intimité du travail de l'artiste. Mais un autre type d'écart est plus radical encore. Ces images ou ces objets témoignent d'univers culturels dont nous n'avons pas la compréhension spontanée. Spectateurs contemporains, nous sommes coupés du sens que produisait leur spectacle dans leur situation d'origine. La visibilité n'est pas une simple propriété naturelle. L'oeil ne voit que ce qu'il a appris à voir. De même que nos représentations emploient de multiples codes et postulats, les productions du Moyen Age ou de la Renaissance obéissaient à des conventions liées aux habitudes visuelles, aux façons de percevoir l'espace et de penser les rapports du visible et de l'invisible. L'une des principales fonctions de l'histoire de l'art est d'apprendre à franchir cet écart, à traverser le temps pour nous aider à capter ce que ces images voulaient et veulent encore nous dire. Les dessins d'Opicino de Canistris sont propices à des anachronismes violents. Ces dernières décennies, ses oeuvreLe regard que nous portons sur les oeuvres du passé est par définition anachronique. Leur présence manifeste la persistance d'époques révolues au sein de notre monde. Elles appartiennent à un autre temps que le nôtre. Il n'est pas toujours aisé de les aborder. De même que l'oeil doit relâcher et contracter des muscles pour passer d'une vision proche à une vision lointaine, un effort d'accommodation est requis pour surmonter cette distance temporelle. D'un simple point de vue matériel, nous ne voyons plus ces oeuvres telles qu'elles ont été produites. Leurs conditions d'exposition ou de reproduction les placent dans une autre lumière, leur donnent d'autres couleurs. Elles ont le plus souvent été sorties de leur agencement originel. Comme le souligne Daniel Arasse, cette situation procure toutefois certains bénéfices ; elle autorise notamment une vision rapprochée qui nous permet d'entrer dans l'intimité du travail de l'artiste. Mais un autre type d'écart est plus radical encore. Ces images ou ces objets témoignent d'univers culturels dont nous n'avons pas la compréhension spontanée. Spectateurs contemporains, nous sommes coupés du sens que produisait leur spectacle dans leur situation d'origine. La visibilité n'est pas une simple propriété naturelle. L'oeil ne voit que ce qu'il a appris à voir. De même que nos représentations emploient de multiples codes et postulats, les productions du Moyen Age ou de la Renaissance obéissaient à des conventions liées aux habitudes visuelles, aux façons de percevoir l'espace et de penser les rapports du visible et de l'invisible. L'une des principales fonctions de l'histoire de l'art est d'apprendre à franchir cet écart, à traverser le temps pour nous aider à capter ce que ces images voulaient et veulent encore nous dire. Les dessins d'Opicino de Canistris sont propices à des anachronismes violents. Ces dernières décennies, ses oeuvre